06/05/2017

Mais que diable sait-on finalement de Macron ?

Une hirondelle ne fait pas le printemps, une photo ne suffit pas à se former une opinion, et une analyse psychologique basée sur la vision de quelques reportages ou intervioues ne suffit pas, non plus, à établir la complexité d’un être humain.

Ceci dit, le corps a son propre langage et exprime des choses que la plupart des gens ordinaires sont tout à fait à même de percevoir intuitivement.

On veut parler ici du cas Macron, d’un certain discours ou il se laissa aller et du portrait qu’en dresse un psychothérapeute italien.

On ne va pas ici parler du fascisme.

Le délire intégral des antifas de tout poil, qualifiant de « facho » tout et son contraire, ceci sans jamais, bien sûr, éprouver le besoin ni de démontrer ni d’argumenter, doit nous servir d’exemple à ne suivre sous aucun prétexte.

Mais certaines choses sont troublantes, certaines expressions sont interpellantes, comme on dit dans les commissariats…

Ce montage mettant en évidence des expressions communes au Grand Méchant par excellence et au gentil Macron ne veut, a priori, rien dire.. On peut supposer qu’il s’agit là de l’expression commune d’une ferveur, et que quiconque aurait à discourir sur la victoire prochaine de son club de foot serait amené à de semblables mimiques.

Bizarre.jpg

 

Mimiques qu’on n’a jamais vues chez la Marine, ceci dit. Elle qu’on a vu faire l’avion avec les bras lors du Grand Débat, rappelant plutôt Louis de Funès dans ses meilleurs moments que le Grand Méchant Loup, ( et c’est pas gentil pour les loups, soit dit en passant ).

Alors que là, l’autre faisait plutôt penser à un androïde déroulant son laïus sans la moindre faille .

( Il est vrai que je n’ai pas suivi très longtemps le dit débat, et que le coup de l’avion je l’ai vu par après sur la Toile…)

Tout aussi intéressante est la vidéo où ce psy italien explique en détail ce que pourrait être le caractère du petit gars qu’on va mettre aux commandes de la Bombe et que Saint Obama, du haut de son Olympe, a déjà intronisé Chef Suprême du Monde Libre….

https://www.youtube.com/watch?v=NNDgsw39m9s&t=2s

Se non è vero, è bene trovato !

Faites-vous votre avis !

14/04/2017

Les Ours Blancs face à l'Apocalypse.

Situation tout-à-fait surréaliste.

Folamour-Trump bombarde la Syrie, l’ Afghanistan, et se prépare visiblement à attaquer la Corée du Nord, ce qui rendrait à peu près inévitable une guerre mondiale, avec enchaînement probable vers la guerre nucléaire.

Et que voit-on sur Internet et ses réseaux soi-disants sociaux ?

Une pétition qui tourne en boucle protestant ( énergiquement ) contre le fait que Trump-Folmaour autorise la chasse aux ours blancs !

 

Ours Blanc.jpg

Nucléaire.jpg

(http://www.lalibre.be/actu/international/trump-autorise-l... )

 

Mais pas la moindre protestation contre la menace ultime que ce caractériel narcissique fait courir à l’ensemble du monde vivant, nous et les ours blancs y compris. ( Je ne pense personnellement pas que les ours blancs aient davantage de chances que nous de survivre à l’Armageddon nucléaire ! )

On peut très sérieusement s'interroger sur la disparition de l’instinct de survie ( et, d’ailleurs, de tout instinct ) chez ceux des humains qui, voici peu, manifestaient et pétitionnaient avec entrain contre l’abominable Trump, avant que celui-ci ne se mute en Folamour-Trump.

http://www.dedefensa.org/article/lapocalypse-a-lhumeurde-...

Il faut quand même noter avec inquiétude que, jusqu’ici, personne n’a manifesté, ni même protesté, contre cette nouvelle rage guerrière du Chef Suprême de l’Américanisme !

Serions-nous des lemmings ?

 

 

29/11/2016

Homoparentalité et marchandisation du Vivant.

Encore une note sur le mariage dit "gay", et au passage on en profite pour protester une fois de plus contre la privatisation de ce terme, le mot "Gai", qui signifiait joyeux, heureux de vivre, et qu'on n'ose plus guère employer de nos jours. Une expropriation de plus.

Je reproduis ci-dessous le texte dans son intégralité, car il se peut qu’il disparaisse. Il est paru dans un journal provincial, berrichon pour être précis, ce qui prouve au moins que c'est bien en milieu rural qu'on peut espérer encore trouver un peu de bon sens, bien que le terme « rural » n’ait plus guère de sens dans ce monde où la Technosphère envahit tout.

Il s'agit d'une historienne VRAIMENT de gauche, et qui n'a rien renié de ce qu'était la Gauche avant que ce terme ne serve de cache-nez à la Nouvelle Droite Sociétaliste.

 

 

Historienne, Marie-Josèphe Bonnet est une figure du mouvement féministe et homosexuel. Elle a milité dans le Mouvement de libération des femmes (MLF), dans les années 1970, a participé à la création du Front homosexuel d'action révolutionnaire (FHAH) et des Gouines rouges. Au café repaire, elle évoquera les thèmes qu'elle a développés dans son essai Adieu les rebelles, publié en 2014, et dans lequel elle critique le mariage pour tous et les revendications actuelles d'une partie du mouvement homosexuel qui, selon elle, fait le jeu du capitalisme. 

Vous vous démarquez du mouvement LGBT en vous opposant au mariage pour tous et vous êtes critiques envers le recours aux mères porteuses. Pourquoi êtes-vous opposée à la Gestation pour autrui (GPA) ?

Plutôt que mères porteuses, je crois qu'il faudrait dire « maternité de substitution ». Je suis contre le commerce des bébés, contre la marchandisation du corps des femmes. Ces pratiques supposent que certaines d'entre elles seraient un ventre à disponibilité pour faire un enfant et ensuite l'abandonner à un couple, qui lui achète. Je trouve ça très choquant. C'est une manière de nier la mère, de nier les mères. Et c'est le patriarcat dans toute sa splendeur. Et même pire. Maintenant, vous avez une filiation qui est masculine, ce que l'on appelle la filiation spermatique. La branche maternelle n'apparaît plus. Je trouve ça très grave. Un enfant a deux branches, deux lignes, c'est ça qui fait la diversité humaine, c'est cela qu'il faut respecter. 

Certains parlent cependant de « GPA éthique ». Est-ce une notion crédible, selon vous ? 
Il n'y a pas d'éthique, dans ce domaine-là. D'une manière ou d'une autre, il y a de l'argent. Ce qu'ils appellent une « compensation financière ». Cela peut être une compensation symbolique, mais ce sont des cas très rares. On nous cite toujours l'exemple d'une femme qui veut faire un enfant pour sa sœur, mais même dans ces cas-là, je trouve que ce n'est pas une situation très très saine. Après, la sœur sera débitrice. C'est une illusion de croire qu'il peut y avoir de l'éthique dans un échange commercial. D'ailleurs, on s'aperçoit bien que les pays qui, comme la Belgique, essayent d'introduire un peu de règles, pratiquent très peu de maternité de substitution. Les gens vont acheter des bébés ailleurs. Quand on parle de GPA éthique, c'est une confusion volontaire. Le principe de l'éthique, c'est que la vie ne s'achète pas. 

Vous allez plus loin et vous vous opposez aussi à la Procréation médicalement assistée (PMA). Pour quelles raisons ? 
Le don anonyme de sperme me choque, car, ainsi, on fabrique des enfants qui n'auront pas accès à la connaissance de leur origine. On n'a vraiment pas le droit de mettre un enfant au monde de la sorte, sachant que c'est important de savoir d'où l'on vient, pour se construire. Tous les enfants nés sont X deviennent, à un certain moment, obsédés par leur origine.

Depuis l'aube des temps, ce n'est pas un problème de faire des enfants ! Et ça n'a jamais été non plus le choix des médecins. En réalité, dans la PMA, c'est le médecin qui, d'une certaine manière, va choisir le père. Donc les femmes acceptent que ce moment très important qu'est celui de faire un enfant leur échappe. C'est le pouvoir médical qui prend complètement la main sur la procréation et la maternité. Je trouve ça inquiétant, dans l'évolution de notre monde.

 

Par le recours à la GPA par certains couples, vous écrivez que le mouvement homosexuel s'est en quelque sorte vendu au libéralisme...

Tout à fait. Il faut, cela dit, faire la différence : ce n'est qu'une certaine partie du mouvement gay. Il y a une autre partie qui est encore prolétaire. Vous avez beaucoup, chez les gays, de garçons qui ne peuvent pas s'offrir un bébé aux Etats-Unis, ou bien en Chine, ou je ne sais où. Dans le mouvement homosexuel, il y a aussi des lesbiennes. Et les lesbiennes ne sont pas d'accord avec la GPA. C'est vraiment la frange riche des gays qui est en question, ceux qui sont très bien intégrés dans la société, qui gagnent beaucoup d'argent, et qui n'ont qu'une envie, celle de se normaliser, pour mieux se faire accepter. La seule chose qui leur manque, c'est de pouvoir faire un enfant. Autrement, ils ont tout. Et comme il ne peuvent pas faire un enfant, ils achètent les services d'une femme.
L'enfant n'est pas un droit, l'enfant n'est pas une chose que l'on acquiert. C'est une personne. Ils veulent tout, le beurre, l'argent du beurre... Avec, par dessus le marché, la bénédiction de la loi. C'est une normalisation à outrance, oui, un embourgeoisement. Mais aujourd'hui l'embourgeoisement, on ne sait plus très bien ce que cela veut dire. Ils rentrent dans le moule hétérosexuel, dans le moule de la famille. On pourrait même dire de la famille naopléonienne. En faisant croire que c'est un droit. Et ça, pour moi, c'est de l'usurpation complète.

Le mouvement homosexuel et le féminisme sont liés, à l'origine. Dans ces conditions, peuvent-ils toujours faire combat commun ?

On peut dire qu'une partie du mouvement gay a trahi la cause féministe. Ils ont emergé grâce au femmes. Ce sont les lesbiennes qui ont créé le Front d'action révolutionnaire. C'est grâce à notre engagement que, justement, ils ont fait leur coming out et qu'ils ont pu sortir de la clandestinité. Ce sont les femmes qui leur ont ouvert la porte de la liberté. Et je trouve qu'ils ont abandonné le combat pour l'égalité entre les sexes au profit de l'égalité entre les sexualités. C'est ça que je critique dans l'évolution d'un certaine homocratie. L'égalité entre les sexes, ça ne les intéresse plus. Ils n'en ont plus besoin pour leur propre liberté. Mais c'est une erreur car leur liberté dépend de celle des femmes.

Article paru dans "Le Berry Républicain"

 

 

27/11/2016

Féminisme bourgeois et "homoparentalité".

Consternant, ces gens qui ne savent pas que l'humanité est constituée de deux parties égales, et complémentaires ( mais les féministes bourgeoises préfèrent dire : "opposées" ), et qu'un enfant, dans sa petite enfance, a besoin du contact avec ces deux moitiés - femme et homme.
Aucune argumentation, dans ce discours : rien que de l'anathème et de l'insinuation.
Et de la malhonnêteté. "Sainte-famille-naturelle"... ???
Ceci suggère donc que toute reférence à l'enracinement NATUREL de l'être humain est de nature "cléricale", mensonge grossier.
Car la famille naturelle est un fait d'observation.
Les femmes font des enfants, pas toutes seules, mais suite à l'intervention d'un homme, qui dans un très grand nombre de cas accompagne la femme pendant quelques années et l'aide à élever ses enfants.
Et, DE TOUTES FAÇONS, une femme et les enfants qu'elle a mis au monde et dont elle s'occupe jusqu'à l'âge où ils deviennent autonomes, constitue une famille NATURELLE. Qui n'est pas pour autant "sainte", la question du sacré est un autre débat.
Bref.
Aussi longtemps que des gens qui se disent de "gauche" soutiendront sans réfléchir les théories les plus délirantes de l'Extrême-Droite LGBT et du féminisme bourgeois, comme jadis on suivait au garde-a-vous les consignes du Parti, on ne verra pas de mobilisation réelle en faveur d'une alternative au Système capitaliste.

http://www.marianne.net/video-elisabeth-badinter-defend-l...

24/11/2016

Rocher Debout contre Serpent Noir

Ceci est le combat central, au centre du Grand Centre déjà en ébullition.
La Terre est Wakan. La Vie est Wakan.
Wakan veut dire, grosso-modo, "Sacré". Mais que sait encore l'Occident du Sacré ?
Ils se battent contre le "Serpent Noir" ( #BlackSnake ), qui vient souiller la Terre.
Le "Serpent Noir", c'est le DAPL ( Dakota Access Pipeline ) qui transporte le pétrole.
Cette pierre liquide, arrachée à la Terre, qui permet au Système de se maintenir et à ses zombies de continuer leur sommeil sans rêves.
Combat central. Symboles contre symboles.
Tambour chamanique contre sirène hurlantes.
Peuple enraciné dans l'Univers contre orques jaillis du Mordor de la Technosphère.
Combat fondamental.
Ils vous demandent de prier.
Si vous ne savez plus comment on fait, prenez un tambour, et tapez, et respirez en rythme, en ne pensant plus qu'à notre Grand-Mère la Terre.
Au moins, essayez.
Aucun serpent ne viendra persifler dans vos oreilles !

https://praywithstandingrock.com/home-temp

14/11/2016

Adresse à M. Mélenchon

Je suis belge, et me sens très concerné par les élections françaises.

La France est, à la fois, le berceau de notre langue et ce qui reste de notre matrie gauloise commune.

Oui, je sais, c’est Très Mal de mettre dans la  même phrase un mot qui évoque la patrie et le qualificatif « Gaulois », ça ne plaît pas du tout à l’Extrême-Droite Globaliste pour qui tout enracinement est nécessairement de type fascistoïde.

On a beaucoup apprécié votre dialogue, chaud, vivant et spontané avec M. Mamère.

On a pu se rendre compte que, désormais, vous utilisiez un langage simple, traditionnel, expurgé des mots-Système qui font la trame de la non-pensée des médias et de leurs trolls appointés, et donc compréhensible par les beaufs alcooliques, tabagistes, racistes et violeurs que nous sommes tous, s’il faut en croire les Lumières qui génèrent le discours global.

Au contraire, peut-être, de M. Mamère qui utilise le terme raciste de « diversité » pour désigner les Français de couleur.

Je ne pense pas qu’on dirait d’un Français dont les ancêtres sont norvégiens, irlandais, voire belges, qu’il est issu de la « Diversité ».

Bravo, donc, et continuez, nos espoirs vous accompagnent.

Prenez garde au piège « sociétal » que les médias et leurs philosophes de « lounge-bar » ne tarderont pas à vous tendre, pour vos ramener au discours dont ils se servent pour faire de Mme Le Pen un épouvantail, dont le rôle est tout-à-la-fois de leur permettre d’éviter la question de la lutte des classes et de diviser le Peuple sur l’adhésion à de prétendues valeurs concoctées dans les laboratoires américanistes depuis les années 80.

On n’est pas homophobe quand on affirme qu’un enfant a besoin d’un père et d’une mère.

On n’est pas raciste quand on affirme qu’il vaudrait mieux ne pas contraindre des peuples, pulvérisés par les guerres du Système ou affamés par le Globalisme, à prendre le chemin de l’exil.

Le plus grand ennemi reste l’Extrême-Droite globaliste et son discours de « valeurs » post-humanistes !

Continuez et bon courage !

 

Vidéo ici :

http://melenchon.fr/2016/11/09/regards-croises-noel-mamer...

 

 

10/11/2016

La "race blanche" est-elle éco-compatible ?

Faut-il exterminer la race blanche ?
Ce genre de racisme à rebours commence à prendre une certaine place dans l'idéologie de l'Extrême-Droite "progressiste" aux États-Unis.
En gros, il s'agit d'attribuer l'ensemble des malheurs du monde depuis cinq siècles à une tare génétique de la "race blanche", on suppose une espèce de gène "maléfique" qui en serait la marque distinctive.
Et donc, d'affirmer que l'extinction de la "race blanche" amènerait une humanité meilleure.
On ne s'arrêtera pas au paradoxe que de telles idées sont prônées par des WASP ( White Anglo-Saxon Protestant ), qui, dans la mesure où ils se considèrent comme à part de toute humanité, ne se sentent pas concernés.
D'autant que leur niveau de revenu leur donne accès à toutes les modification diverses, du style transhumaniste ( homme "amélioré" par la cybernétique ) , qui en feront une race d'êtres quasi-divins...
On ne s'étonnera pas non plus que c'est dans le camp du gang Clinton que de telles idées circulent.
On peut par contre continuer à s'inquiéter que chez nous, des gens qui par ailleurs se revendiquent de la Gauche, donc de la lutte des classes, soutiennent sans faillir toutes les absurdités de cette Extrême-Droite globaliste et de son idéologie posthumaniste, basée sur un racisme "cool" et le mythe du surhomme version "gangsta" !


http://www.breitbart.com/tech/2016/11/03/lena-dunham-post...

16/10/2016

Nos ancêtres les Qui ?

Il paraitrait donc que nos ancêtres sont tout sauf Gaulois.

Et qu’affirmer une telle insanité signifie, ipso-facto, prendre le parti des promoteurs de camps d’extermination et autres joyeusetés qui caractérisent notre époque si tant moderne et décontractée.

Prenons donc la chose autrement.

Il exista, sur le territoire de la Gaule, avant la conquête romaine, une civilisation brillante et une population dense, issue d’un brassage entre les peuples néolithiques qui érigèrent les mégalithes et plusieurs vagues de migrants apparentés aux Scythes, et de langue celtique.

Le peuple porteur de cette civilisation avait adopté la langue celte des envahisseurs – on ignore tout de leur langue d’origine, peut-être était-ce le basque ? – et développé un mode de vie original et une religion n’ayant que de lointains rapports avec les religions tant méditerranéennes qu’indo-européennes.

S’il faut en croire la nouvelle version officielle de l’Histoire, ce peuple et cette culture ont totalement disparu après la conquête romaine, nécessitant donc une immigration massive afin de repeupler ce vaste territoire.

Nos ancêtres ne peuvent donc, en aucun cas, être Gaulois.

Ce qui n’empêche qu’on peut regarder avec intérêt la vidéo que voici….

 

Gaulois ? Et si leur vie...?

09/10/2016

L'Espoir

            Comment faire pour encore espérer alors que notre Terre se change en désert et que la Bien-Pensance globalisée appelle de ses vœux une guerre nucléaire, humanitaire, bien entendu ?

             De ces jours-ci, l’angoisse traîne dans l’air comme une noirceur invisible, et pourtant parfaitement perceptible.

            Le message est clair :

« Baisse les bras, tu n’y peux rien, tu n’y changeras rien !

Baisse les bras, et, comme disait l’autre, entre en ce lieu de désolation et abandonne toute espérance ! « 

            Et c’est là que l’on se rend compte, subtilement, du rôle de l’espoir dans la vie quotidienne, de ce qu’il donne comme couleurs et comme goût à l’existence obligée dans ce désert total qu’est devenu ce que d’aucuns osent encore appeler une civilisation.

Désert humain en attendant d’être, tout simplement, le Désert. 

            Mais il n’y a plus rien à espérer, plus rien nulle part.

Alors ? « Espérer » est traditionnellement un verbe transitif, qui réclame un complément d’objet.

On espère du beau temps le lendemain, une promotion, un billet gagnant au loto, la réussite, la miraculeuse rencontre avec l’âme-sœur.

            Mais quand il n’y a plus rien, nulle part ?

            Quand on en arrive même à douter qu’il puisse encore y avoir un lendemain ?

            Quand la guerre de tous contre tous constitue désormais la trame existentielle de la réalité humaine ?

            Quand la bêtise et l’arrogance vertueuse des bien-pensants est la seule référence possible où que porte le regard ?

            Quand le mépris condescendant et parfois hargneux, bien sûr camouflé en ironie de bon aloi, est la seule réponse à toute question posée ?

            Quand des gens qu’on croyait intelligents en viennent à prôner la possibilité d’une guerre nucléaire pour sauver des fanatiques qu’ils prétendent par ailleurs combattre ?

            Alors ne restera plus que l’espoir.

            Espoir sans objet et sans raison.

            L’espoir, source lumineuse jaillissant dans l’instant de mystérieuses profondeurs perdues au fin fond des voies lactées.

            L’espoir, simple pulsation de ce qui vit encore et entend continuer à le faire.

            L’espoir, qui n’a besoin de rien d’autre que de simplement vivre.

           

           

 

 

24/09/2016

De la "Manif-Pour-Tous" au "Globish For Ever".

Mais que peut bien vouloir dire « Surrogacy » ?

Et « Infringe Human Rights » ?

« Human Rights », on a une vague idée. C’est ce qui se trouve inscrit, en belle lettres modernes, sur les bombes que le tandem Obama-Clinton déverse partout dans le monde pour le Progrès de la Démocratie et de la Liberté.

Mais le reste ?

 

Globish 01.jpg

 

En regardant la photo de plus près, on se rend compte, au style des maisons et au vu des slogans en petits caractères, que cette « demonstration » se passe probablement à Paris ( France ) et non à Boston ( USA ).

Paris, dont l’oligarchie hexagonale, toutes tendances confondues, veut faire la nouvelle capitale de l’Anglosphère ! Et, pour ce faire, diffuse l’idée que notre langue est désormais marginale, et que la seule langue de référence doit être le Globish angloricain.

Avec la participation enthousiaste de tous les partisans du Progrès dans sa version Globalisation Heureuse.

Et c’est là qu’on découvre que la Manif Pour Tous, en définitive, n’est pas tellement éloignée des Nuit Debout dans son adulation de la Langue-Unique-Pour-Tous.

Manif « Pour Tous » ? Vraiment ?

Dès lors qu’on manifeste dans un pays en méprisant la langue qui s’y parle, on ne peut plus prétendre à ce titre.

Dès lors qu’on marginalise le parler vernaculaire des petites gens qui y vivent, on affirme par là même, clairement, qu’on rejoint le camp de ceux-là même qu’on prétend combattre.

Il y a là tout à la fois tromperie et forfaiture !

Ils vont dire, bien sûr, « le combat doit être international… ».

On ne savait pas les organisateurs de la Manif dite PT si sensibles à l’agumentaire du gauchiste moyen.

On ne savait pas, non plus, qu’ils rejoignaient, tous ces déclinistes qui affirment que la France, sa langue et sa culture n’ont plus aucun rôle à jouer dans le monde.

On ne savait pas non plus que, enfin, ils n’ont rien contre le Système dont le sociétalisme arrogant fait de la reproduction artificielle l’un de ses chevaux de bataille, puisque pour eux, toute bataille doit d’abord passer par l’affirmation que la Langue Unique est, et doit rester, la langue des promoteurs américanistes du dit sociétalisme.

Dommage.

Vraiment dommage.