20/12/2010

Gulf-Stream

        A l’heure où je tape ces lignes, je suis inquiet. Pas mal, même. On est , dans mon coin, à pas loin du demi-mètre de neige.
       Jamais vu ça.
       Inquiet, parce que si rien ne dit que ça va continuer, rien non plus ne peut laisser penser le contraire.( Dimanche 19 décembre, 17h30. )
       Pour la radio, le seul média que j’utilise, tout va bien. Aux infos, on nous parle de quelques embarras de circulation. Des voiture abandonnées. Des camions bloqués. Mais à part ça, tout va bien, braves gens, dormez en paix.       
       L’information essentielle, c’est ce qui se passe dans les aéroports. Qui comme chacun le sait, constituent l’essentiel de notre vie quotidienne. Là, on a droit à des témoignages, des reportages, de l’émotion. Et, par déduction, on en conclut qu’ailleurs, ça ne va pas si bien que ça.
       Car autour des aéroports, il y a des pays, des villes, des campagnes.
       Des difficultés parfois insurmontables pour aller au boulot.
       Des problèmes de ravitaillement à prévoir.
       Des lignes à haute tension risquant de se rompre sous le poids de l’hiver.
       Mais bon. A la limite, c’est sans importance.
Ceux qui lisent ces lignes ne se font plus trop d’illusions sur ce que l’on peut attendre de nos médias « démocratiques ».
       Je voudrais dire une chose, simplement.
       Je suis de ceux qui prennent aux sérieux le changement climatique en cours. Et donc, voici quelques années que je suis l’évolution des températures de la mer dans l’Atlantique Nord.
       Le Gulf-Stream, c’est bien ça.

       Mer du Nord 19-12-10.JPG

Et cette année, celles-ci, au large de la Scandinavie et dans la mer du Nord, sont particulièrement froides. Au point, pour le Sud-Est de cette dernière, d’être au niveau de l’Alaska du Sud.

   

Pacifique Nord 20-12-10.JPG


       On nous dira, bien sûr, que c’est normal. Que, par définition, le Gulf-Stream ne peut pas s'arrêter, ni même se ralentir, avant les dates prévues par les scientifiques.  Que le temps n’a rien d’exceptionnel pour la saison. Etc, etc...Vous connaissez les couplet de cette ballade.
       Dont le refrain est, invariablement :
« Ne faites pas confiance à ce que vous percevez.
Ne faites pas confiance à ce que disent les anciens.
Ils n’ont pas les diplômes leur permettant de dire ce qui va et ce qui ne va pas dans le domaine du vivant.
Seuls nos instruments peuvent le dire.
Et nous sommes les seuls habilités  à décrypter les messages de notre toute-puissante technologie. »
       Et le couplet final dit :
« Faites nous confiance. Tout est sous contrôle, tout est prévu »
       Et, de fait, qui oserait affirmer que notre société, dirigée par la Radieuse Main Invisible du Saint Marché, se trouve parfois prise au dépourvu ?
       Et pourtant, depuis deux ans, il y a un trou, dans notre courant chaud. Un trou qui cette année s’est approfondi.
       Et les conséquences en sont tout-à-fait prévisibles. Pour nos latitudes, le climat risque fort de ressembler bientôt à celui qui règne aux dernières régions habitées au Nord du Québec, à la limite de la toundra.
Faudra qu’on change d’accent.
       Parmi tous les petits désagréments que cette situation risque de nous amener, je ne retiendrai que celui du chauffage. A cette latitude là , au Canada, il n’y a que quelques dizaines de milliers d’habitants. En Europe, on peut parler, aux mêmes latitudes, de quelques dizaines de millions.
       Dépendant principalement du pétrole pour se chauffer en hiver.
       Sachant que, d’autre part, le pic pétrolier est là, comment tous ces gens vont-ils se chauffer ?
       Le Saint Marché trouvera la solution miracle. Les prix vont augmenter. Et ceux qui ont les moyens pourront se chauffer. Les autres ?
       Rien ne leur interdira d’émigrer vers le Sud , après tout. A condition d’éviter les lieux où les fidèles du Saint Marché prennent leurs vacances.
       On pourrait, bien sûr, imaginer qu’on alloue les dernières réserves de combustibles fossiles de manière démocratique. Mais il faudrait, pour ce faire, énoncer un certain nombre de concepts très déplaisants.
       Dont vous avez certainement entendu parler par ailleurs. Ailleurs que dans les Médias, je veux dire.

 

Source des photos:  http://www.wetterzentrale.de/

onglet "wassertemperaturen"

Commentaires

voilà une raison de plus pour envisager la transition et la résilience

Écrit par : youssef | 22/12/2010

Répondre à ce commentaire

C'est un bon moyen de lutter contre la pauvreté et la surpopulation non ? Tous les pauvres vont mourir de froid...
Plus sérieusement la nature aura toujours le dessus, et je pense que le but du Saint Marché est de perdurer mais aussi de profiter des crises pour installer encore plus sa domination !
Le posistif c'est que ça forcera peut-être les gens à ralentir en hiver ...
Sur ce réveillonez sous le signe de la non-consommation !

Écrit par : Didier | 23/12/2010

Répondre à ce commentaire

Voir "la stratégie du choc" de Naomi Klein

Écrit par : Michel | 27/12/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.