27/05/2014

Pantoufles

Mon psy m'avait bien dit:

"Pas de commentaires sur ces (...) Élexions, cette semaine. Tu fais comme tout le monde, tu prends patience, et tu attends, la Coupe du Monde commence bientôt..."

-Mais...

-J'ai dit. Pas de commentaires. Les écrans t'emmerdent, les cons t'emmerdent, ça t'énerve de voir les idioties conformistes qu'il s'évertuent à aller copier-coller, et au total ça t'empêche de roupiller. Donc, pas de commentaires !

Il est bien, mon psy. Il a dit "Pas de commentaires".

Il a pas dit "No Comment" !.

C'est pas dans son registre.

Dans le mien non plus, d'ailleurs. J'aurais d'ailleurs tendance à comprendre: "Comment, Non ?" .

Et c'est d'ailleurs ce que mon esprit torturé et tortueux finit par me faire admettre...

Bon, pas difficile de corrompre le psy.

Une bouteille de Gris de Belle-Avoine fit l'affaire.

Mon psy est très corruptible Et j'en profite, vu que lui et moi formons , pour des rasions assez obscure ( un "collateral damage" de la "théorie du genre", peut-être ? ) la même personne. Ce qui, si je compte bien, et en y ajoutant mon esprit déjà cité, en fait trois, de personnes.

Quelle ménagerie...!

 

 

Pantoufles.jpg

 

 

Bref...

Je profitai donc d'une occasion pour aller voir sur le Grand Marché de l'étalage narcissique du n'importe quoi à 90 % et des tuyaux utiles à 10 %, estimation très optimiste... Et j'en épinglai l'un ou l'autre...

D'abord, une vidéo montrant l'entrée des hordes hitlériennes à Paris. J'ai mis environ trente secondes à comprendre que ça avait un rapport avec les élections françaises. Je suis pas un rapide. Et merde. Voilà qu'on va être envahis par des hordes de Français réclamant l'asile politique en Belgique...

Comme si on avait pas déjà assez à faire avec nos propres Bobos qui pleurent sur leurs éoliennes cassées...

Ensuite une vidéo montrant les pleurs de Mélenchon.

Dommage. Je l'aimais bien, moi, Mélenchon..

Avant qu'il ne donne la consigne de traiter de salopards de fascistes réactionnaires obscurantistes et nauséabonds, excusez du peu, et d'exclure en conséquence des rangs de la Vraie Gauche tous ceux qui auraient eu une objection à formuler à la mise en acte immédiate et sans discussion du moindre délire LGBT.

Et enfin, dernier mais non moindre ( "last but not least", traduction à l'égard des Bobos qui ont de plus en plus de mal à comprendre la langue nauséabonde parlée par le petit peuple ), l'éternel "silence des pantoufles", antienne moralisatrice qui dit en substance que le bruit des bottes jaillit automatiquement du silence des "pantoufles", comprenez, ceux qui-restent-dedans-au-lieu-d-aller-voter,  et puis, bon, suffit de marcher pieds nus, de toute façons,  où est le problème ?

À quoi on pourrait ajouter qu'au moins, en Ukraine, phare de l'Europe Démocratique, on sait ce qu'il faut en faire, des Pantoufles.

Cent paires de pantoufles transformées en pâtée à chats rien que dans la journée de lundi.

Les bruits de botte n'ont qu'à bien se tenir, c'est pas à Odessa qu'on les entendra....

 

Les commentaires sont fermés.