04/11/2014

Lettre ouverte à nos amis glaneurs de patates transgéniques.

Chers amis, Beste vrienden

 

J'aurais tant, tant voulu pouvoir vous apporter mon soutien, totalement et sans conditions. Mais hélas, hélas, ça m'est impossible.

Il m'est impossible, dans mon pays, de soutenir un mouvement qui utilise de manière systématique, dans sa "communication", la langue de l'occupant.

Car, sachez-le, nous sommes occupés.

Par l'Europe. Les banques. Les multinationales. Les sbires du "Global thinking", en définitive, dans la langue desquels vous prétendez libérer nos champs.

Les libérer de quoi ?

De leurs racines, flamandes ou wallonnes  ?

Des langues de ceux qui les ont toujours travaillés auparavant ?

Quand ils étaient des "velden", des "champs" et non des "field"...

Pourquoi ?

Pourquoi faites-vous cela ?

Pourquoi vous efforcer de la sorte à repousser tout soutien populaire ?

Nous sommes déjà si souvent contraints de travailler dans cette langue, nous n'avons pas le choix .

Mais que dire alors, quand on voit, sur votre site, ceci ?

    "The appeal of the Wetteren 11 "

Et, en dessous:

     "Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in English"

J'avais toujours cru que l'on parlait Flamand, à Wetteren.

Moi, quand je vais à Ostende, je tire grande fierté de m'exprimer en néerlandais, et d'arriver à capter l'accent ostendais, si musical.

Faudra-t-il que j'arrête cela ?

Que je fasse comme tout progressiste qui se respecte, parler Anglais, partout, toujours, et à tout le monde ?

Savez-vous seulement qu'il existe en Flandre un important mouvement espérantiste ?

Au lieu que l'on risque de prendre vos tracts pour une publicité en faveur de Monsanto, n'aurait-il pas mieux valu risquer la différence ?

"Liberiga Movado de la Kampoj", par exemple ? Voilà qui eût pu attirer l'attention.

Mais qui va comprendre ce que recouvre "civil action against gmos in belgium" ?

Aussi, mes chers amis, beste vrienden, je vous demande, fraternellement, de revoir votre copie. Pour que mes collègues de travail, s'ils prennent connaissance de vos tracts, ne les prennent pas pour une nouvelle opération "enjoy working for us" de la direction...

 

Les commentaires sont fermés.