04/03/2016

Et si on arrêtait de parler sérieusement ?

Vendredi 4 mars 2016


Il n'est même plus nécéssaire de faire semblant d'avoir encore quelque chose à dire. Plus personne ne le fait, de nos jours. À ranger dans la catégorie ringardo-réactionnaire, avec fort soupçon de crypto-nazisme.
Et de remarquer quand même que, même si nulle part on ne dit plus rien, ce rien toutefois s'entoure d'un vocabulaire crypto-phobique, pour ainsi dire, on reste entre gens qui savent causer , même si de plus en plus, chez ces gens là, on préfère le faire en anglais.
Désormais, il suffit d'affirmer. Haut et fort et sans craindre de s'empêtrer dans les contradictions. Inutile d'argumenter. La mauvaise foi tient lieu de discours de la méthode.
Au diable les thèses, antithèses, synthèses, héritées d'un passé obscurantiste où l'on ne connaissait ni la technologie des tablettes et autres seumartophones, ni la jouissance divine du copié-collé, ne pas confondre avec coupé-cloué qui en dialecte haïtien fait référence aux formes les plus doucement enivrantes de la fréquentation de l'autre sexe, ceci n'étant guère non plus très politiquement correct.
Donc, au Diable les structures.
Le discours, comme tout le reste, doit être déconstruit, et ne rien laisser d'autre que ces choses qu'on appelle "signal fort", comme il convient, et de préférence à connotation exclusivement affectiviste.
Oufti.
C'est là qu'on se rend compte, et qu'on se le raconte, que le seul fait d'écrire -et ce malgré la torture qu'implique la pixellisation de l'écrit  - est en soi re-créateur de cette broutille qu'on appelait, jadis, l'identité personnelle.
Et que dans ce monde de cinglé-e-s -qu'on me pardonne ici l'usage du genre neutre militant, lequel s'impose de lui même dans ce mot en particulier - il faut user de toutes les flèches en notre possession pour garder les pieds stables sur un sol de plus en plus mouvant.
Terminons donc par un cri de guerre:
"Vive le tir à l'arc !"
"Vive le maire de Champignac ! "

Commentaires

C'est rieusement parlé !

Écrit par : Capys | 04/03/2016

Répondre à ce commentaire

Merci !

Écrit par : Michel | 04/03/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.