07/03/2016

Pomme de reinette...

Dégueulasse, infecte cette pomme.
Bien que Bio. Copie conforme, copiée-collée, imprimée trois-dés, de sa consoeur non bio.
La même âcreté, la même acidité, la même dureté.
Âcreté, dureté, acidité. Trois belle qualités du Système.
Et du Diable, sans doute, un fois qu'on a signé le fameux contrat.
Et pourtant, redis-me-le-moi tout bas dans l'oreille, bio. BIO !
Là, on est censés se pâmer. Tomber dans les pâmes, quoi. C'est de là que ça vient.

 

pomme bio.jpg


Quand j'étais petit, les pommes n'étaient pas bio, elles étaient bonnes.
Sucrées, douces,juteuses à point.
Et on pouvait distinguer au goût une orange d'un citron.
Et on pouvait lancer une pêche dans la vitre d'un magasin, sans que celle-ci ne se casse.
Et, à la saison des fraises, on préférait les manger que de s'en servir de munitions pour un lance-pierres.
Et on trouvait des cerises à un prix abordable. Et, pareil, des bonnes.
Des fruits, quoi.
Plus étrange encore...Les oranges, les pêches, ça venait de loin. D'aussi loin que maintenant.
Et pourtant, elles avaient du goût. Pareil pour les abricots.
Et, encore plus étrange.
Les bananes n'étaient pas vertes, elles étaient jaunes.
Et pourtant, ça, ça vient de très loin.
On pourrait continuer.
Parler des tomates, par exemple. Qui n'étaient pas constituées d'eau de vaisselle.
C'est quand même extraordinaire, tout ce que le Progrès nous a apporté, non ?
Il faut le reconnaître.
Car il interdit de dire que c'était mieux avant.
Et que je ne tiens pas à avoir sur le dos la Police de la Pensée.

Commentaires

Bien sûr que pour certaines choses" c' était mieux avant " mais chaque époque à ses travers...

Écrit par : Maisie | 10/03/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.