27/11/2016

Féminisme bourgeois et "homoparentalité".

Consternant, ces gens qui ne savent pas que l'humanité est constituée de deux parties égales, et complémentaires ( mais les féministes bourgeoises préfèrent dire : "opposées" ), et qu'un enfant, dans sa petite enfance, a besoin du contact avec ces deux moitiés - femme et homme.
Aucune argumentation, dans ce discours : rien que de l'anathème et de l'insinuation.
Et de la malhonnêteté. "Sainte-famille-naturelle"... ???
Ceci suggère donc que toute reférence à l'enracinement NATUREL de l'être humain est de nature "cléricale", mensonge grossier.
Car la famille naturelle est un fait d'observation.
Les femmes font des enfants, pas toutes seules, mais suite à l'intervention d'un homme, qui dans un très grand nombre de cas accompagne la femme pendant quelques années et l'aide à élever ses enfants.
Et, DE TOUTES FAÇONS, une femme et les enfants qu'elle a mis au monde et dont elle s'occupe jusqu'à l'âge où ils deviennent autonomes, constitue une famille NATURELLE. Qui n'est pas pour autant "sainte", la question du sacré est un autre débat.
Bref.
Aussi longtemps que des gens qui se disent de "gauche" soutiendront sans réfléchir les théories les plus délirantes de l'Extrême-Droite LGBT et du féminisme bourgeois, comme jadis on suivait au garde-a-vous les consignes du Parti, on ne verra pas de mobilisation réelle en faveur d'une alternative au Système capitaliste.

http://www.marianne.net/video-elisabeth-badinter-defend-l...

Commentaires

Si seulement c'était aussi simpliste que "un panpan et une mama" !
Il se dit en Afrique que pour élever un enfant, il faut tout un village…
http://lhomme.revues.org/58?file=1%E2%80%8E

Écrit par : Marie-Luce Eeckman | 29/11/2016

Répondre à ce commentaire

Ce qui est TRÈS simpliste, me semble-t-il, c'est de s'imaginer que dans une non-société hyper atomisée, comme celle où nous n'avons pas le choix de ne pas vivre, deux hommes ou deux femmes puissent représenter l'infinie variété d'un village africain TRADITIONNEL....

Écrit par : MD | 29/11/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.