24/06/2017

Privatisations sauvages

La polémique du jour, avec, comme toujours, l’affrontement entre les deux simulacres qui dominent la scène idéologique :

À gauche, ceux qui cautionnent a priori tous les actes commis par ceux qu’elle considère comme les nouveaux « bons sauvages »

À droite, ceux qui considèrent a priori tous les habitants des quartiers abandonnés par l’État comme des sauvages tout court, sans le qualificatif bon.

On voit donc, à ce stade, qu’il s’agit en fait, et comme toujours, des deux faces de la même idéologie.

Mais on peut difficilement considérer ces actes, ou plutôt ces passages-à-l’acte,  importés des États-Unis et popularisés par les médias, autrement que comme une privatisation sauvage d’un bien collectif, à savoir l’infrastructure de lutte contre le feu. En somme, une parfaite application du principe libéral de l’accaparement particulier.

Et bien entendu, ni l’aile gauche ni l’aile droite du Libéralisme ne pensent à poser les vraies questions, à savoir l’absence criante d’infrastructures publiques, accessibles à tous, parcs, plans d’eau, piscines, permettant de supporter les épisodes de canicule extrême qui seront de plus en plus fréquents.

 

https://francais.rt.com/france/40175-homme-frappe-coup-cl...

Les commentaires sont fermés.