27/11/2016

Féminisme bourgeois et "homoparentalité".

Consternant, ces gens qui ne savent pas que l'humanité est constituée de deux parties égales, et complémentaires ( mais les féministes bourgeoises préfèrent dire : "opposées" ), et qu'un enfant, dans sa petite enfance, a besoin du contact avec ces deux moitiés - femme et homme.
Aucune argumentation, dans ce discours : rien que de l'anathème et de l'insinuation.
Et de la malhonnêteté. "Sainte-famille-naturelle"... ???
Ceci suggère donc que toute reférence à l'enracinement NATUREL de l'être humain est de nature "cléricale", mensonge grossier.
Car la famille naturelle est un fait d'observation.
Les femmes font des enfants, pas toutes seules, mais suite à l'intervention d'un homme, qui dans un très grand nombre de cas accompagne la femme pendant quelques années et l'aide à élever ses enfants.
Et, DE TOUTES FAÇONS, une femme et les enfants qu'elle a mis au monde et dont elle s'occupe jusqu'à l'âge où ils deviennent autonomes, constitue une famille NATURELLE. Qui n'est pas pour autant "sainte", la question du sacré est un autre débat.
Bref.
Aussi longtemps que des gens qui se disent de "gauche" soutiendront sans réfléchir les théories les plus délirantes de l'Extrême-Droite LGBT et du féminisme bourgeois, comme jadis on suivait au garde-a-vous les consignes du Parti, on ne verra pas de mobilisation réelle en faveur d'une alternative au Système capitaliste.

http://www.marianne.net/video-elisabeth-badinter-defend-l...

24/11/2016

Rocher Debout contre Serpent Noir

Ceci est le combat central, au centre du Grand Centre déjà en ébullition.
La Terre est Wakan. La Vie est Wakan.
Wakan veut dire, grosso-modo, "Sacré". Mais que sait encore l'Occident du Sacré ?
Ils se battent contre le "Serpent Noir" ( #BlackSnake ), qui vient souiller la Terre.
Le "Serpent Noir", c'est le DAPL ( Dakota Access Pipeline ) qui transporte le pétrole.
Cette pierre liquide, arrachée à la Terre, qui permet au Système de se maintenir et à ses zombies de continuer leur sommeil sans rêves.
Combat central. Symboles contre symboles.
Tambour chamanique contre sirène hurlantes.
Peuple enraciné dans l'Univers contre orques jaillis du Mordor de la Technosphère.
Combat fondamental.
Ils vous demandent de prier.
Si vous ne savez plus comment on fait, prenez un tambour, et tapez, et respirez en rythme, en ne pensant plus qu'à notre Grand-Mère la Terre.
Au moins, essayez.
Aucun serpent ne viendra persifler dans vos oreilles !

https://praywithstandingrock.com/home-temp

09/10/2016

L'Espoir

            Comment faire pour encore espérer alors que notre Terre se change en désert et que la Bien-Pensance globalisée appelle de ses vœux une guerre nucléaire, humanitaire, bien entendu ?

             De ces jours-ci, l’angoisse traîne dans l’air comme une noirceur invisible, et pourtant parfaitement perceptible.

            Le message est clair :

« Baisse les bras, tu n’y peux rien, tu n’y changeras rien !

Baisse les bras, et, comme disait l’autre, entre en ce lieu de désolation et abandonne toute espérance ! « 

            Et c’est là que l’on se rend compte, subtilement, du rôle de l’espoir dans la vie quotidienne, de ce qu’il donne comme couleurs et comme goût à l’existence obligée dans ce désert total qu’est devenu ce que d’aucuns osent encore appeler une civilisation.

Désert humain en attendant d’être, tout simplement, le Désert. 

            Mais il n’y a plus rien à espérer, plus rien nulle part.

Alors ? « Espérer » est traditionnellement un verbe transitif, qui réclame un complément d’objet.

On espère du beau temps le lendemain, une promotion, un billet gagnant au loto, la réussite, la miraculeuse rencontre avec l’âme-sœur.

            Mais quand il n’y a plus rien, nulle part ?

            Quand on en arrive même à douter qu’il puisse encore y avoir un lendemain ?

            Quand la guerre de tous contre tous constitue désormais la trame existentielle de la réalité humaine ?

            Quand la bêtise et l’arrogance vertueuse des bien-pensants est la seule référence possible où que porte le regard ?

            Quand le mépris condescendant et parfois hargneux, bien sûr camouflé en ironie de bon aloi, est la seule réponse à toute question posée ?

            Quand des gens qu’on croyait intelligents en viennent à prôner la possibilité d’une guerre nucléaire pour sauver des fanatiques qu’ils prétendent par ailleurs combattre ?

            Alors ne restera plus que l’espoir.

            Espoir sans objet et sans raison.

            L’espoir, source lumineuse jaillissant dans l’instant de mystérieuses profondeurs perdues au fin fond des voies lactées.

            L’espoir, simple pulsation de ce qui vit encore et entend continuer à le faire.

            L’espoir, qui n’a besoin de rien d’autre que de simplement vivre.

           

           

 

 

09/03/2016

Avortement ou pilule ?

C'est pas qu'on ait vraiment envie d'en parler, parce que ça fait mal, chacun a son histoire.
Mais voilà.
Jetez un oeil sur l'articulet en lien, qui contient toutes les références nécéssaires.
Il s'agit donc du remboursement intégral de ce qu'on appelle pudiquement IVG, pour ne pas devoir se rappeler qu'il s'agit de l'avortement, question grave et tragédie la plupart du temps.
Et le fait qu'il s'agisse d'une chose grave, tragique, et douloureuse justifie pleinement qu'on n'y ajoute pas la torpille financière qui achèvera de couler socialement la femme - ou le ménage -obligé d'en passer par là.
Mais.
Nos décideurs, comme l'on dit, perdus dans les nuages de leurs narratives peuplées de Bisounours asexués, ont oublié un très gros détail, qui risque de transformer cette initiative, si elle en reste là, en une nouvelle source de tragédies humaines.
Et ce détail, c'est, tout simplement, que la pilule contraceptive, elle, n'est pas remboursée.
Ni en Belgique, ni en France.
Alors ?
Oh brillants penseurs issues de non moins brillantes élites ?
Êtes-vous idiots, stupides, défoncés en permanence ou simplement envoûtés par Celui-Là-Même-Qui-Mène-Le-Bal, comme l'autre là, celui-dont-on-ne-peut-pas-dire-le-nom ?
Quand on a juste les moyens de survivre, a-t-on les moyens de se payer une contraception au prix fort ?
Et que fera-t-on, alors, de gré ou de force, avec tout le déchirement que ça implique ?
Vous faut-il un dessin ?

http://www.alliancevita.org/2016/03/livg-remboursee-a-100...

07/03/2016

Pomme de reinette...

Dégueulasse, infecte cette pomme.
Bien que Bio. Copie conforme, copiée-collée, imprimée trois-dés, de sa consoeur non bio.
La même âcreté, la même acidité, la même dureté.
Âcreté, dureté, acidité. Trois belle qualités du Système.
Et du Diable, sans doute, un fois qu'on a signé le fameux contrat.
Et pourtant, redis-me-le-moi tout bas dans l'oreille, bio. BIO !
Là, on est censés se pâmer. Tomber dans les pâmes, quoi. C'est de là que ça vient.

 

pomme bio.jpg


Quand j'étais petit, les pommes n'étaient pas bio, elles étaient bonnes.
Sucrées, douces,juteuses à point.
Et on pouvait distinguer au goût une orange d'un citron.
Et on pouvait lancer une pêche dans la vitre d'un magasin, sans que celle-ci ne se casse.
Et, à la saison des fraises, on préférait les manger que de s'en servir de munitions pour un lance-pierres.
Et on trouvait des cerises à un prix abordable. Et, pareil, des bonnes.
Des fruits, quoi.
Plus étrange encore...Les oranges, les pêches, ça venait de loin. D'aussi loin que maintenant.
Et pourtant, elles avaient du goût. Pareil pour les abricots.
Et, encore plus étrange.
Les bananes n'étaient pas vertes, elles étaient jaunes.
Et pourtant, ça, ça vient de très loin.
On pourrait continuer.
Parler des tomates, par exemple. Qui n'étaient pas constituées d'eau de vaisselle.
C'est quand même extraordinaire, tout ce que le Progrès nous a apporté, non ?
Il faut le reconnaître.
Car il interdit de dire que c'était mieux avant.
Et que je ne tiens pas à avoir sur le dos la Police de la Pensée.

01/05/2015

Premier Mai, Capitulation et Paradis Tropicaux

Voyons, voyons.
Donc, on va travailler jusqu'à  pas d'âge, pour renflouer les dettes des banques et permettre aux jeunes de ne pas trouver de boulot, ce qui leur permettra –in fine – de fournir nos gérontocrates en pièces de rechange biologiques.
Donc, on va progressivement remplacer les pensions par l'euthanasie ( on achève bien les chevaux ), pour combler le déficit de la sécurité sociale, en attendant sa privatisation totale.
Donc, on va en définitive proposer ( c'est pas encore fait ? ) d'attribuer la perception des impôts aux principales  Grandes Banques, qui, au contraire des états, ou ce qu'il en reste, sont "too big to fail" ( Trop massives pour chuter... )
Et tout ça pour des salaires qu'il s'agira de diminuer progressivement, afin d'augmenter le pouvoir d'achat qui permettra la relance ( il y a là quelque chose que je n'arrive pas à comprendre, mais je suis un peu con ).
Et pendant ce temps là, que fait la FGTB ?
Qui, pour rappel, est le principal Syndicat de Wallonie.
Elle capitule.
Avant même d'avoir combattu.
Elle capitule devant la pression des médias-Système.
Elle capitule parce que personne, dans la bureaucratie syndicale, n'est prêt à remettre en cause le moindre article du credo libéralo-gauchiste. 
Libéral pour l'économie.
Moderniste pour le sociétal.
Slogans "progressistes " pour les affiliés.
Vacances à Cuba pour les cadres.
http://www.lavenir.net/cnt/DMF20150429_00640764
Les syndicats sont morts, cliniquement morts.
Il n'y a plus moyen, pour l'affilié de base, de se faire entendre par la hiérarchie.
Ni même la possibilité d'échanger – LIBREMENT - avec des camarades d'autres secteurs sur la manière de réellement mener les combats qui conviennent à notre époque de grandes confusions.
Pour organiser des rencontres réelles entre militants, il n'y a pas d'argent.
Pour envoyer des "cadres " dans un hôtel néo-colonial, de classe – çàd à la fois de "standingue" et réservé aux touristes occidentaux, ainsi qu'à la bourgeoisie prolétarienne locale - , il y a de l'argent.
Est-ce étonnant ?
Quand on voit où le nouveau secrétaire général va donner ses conférences...
À 145 euros l'entrée... 
http://www.cercledelorraine.be/fr/Agenda.aspx/ActivityDetails/2211?alonemode=1
Oui, on a honte. Vraiment.
 

27/05/2014

Pantoufles

Mon psy m'avait bien dit:

"Pas de commentaires sur ces (...) Élexions, cette semaine. Tu fais comme tout le monde, tu prends patience, et tu attends, la Coupe du Monde commence bientôt..."

-Mais...

-J'ai dit. Pas de commentaires. Les écrans t'emmerdent, les cons t'emmerdent, ça t'énerve de voir les idioties conformistes qu'il s'évertuent à aller copier-coller, et au total ça t'empêche de roupiller. Donc, pas de commentaires !

Il est bien, mon psy. Il a dit "Pas de commentaires".

Il a pas dit "No Comment" !.

C'est pas dans son registre.

Dans le mien non plus, d'ailleurs. J'aurais d'ailleurs tendance à comprendre: "Comment, Non ?" .

Et c'est d'ailleurs ce que mon esprit torturé et tortueux finit par me faire admettre...

Bon, pas difficile de corrompre le psy.

Une bouteille de Gris de Belle-Avoine fit l'affaire.

Mon psy est très corruptible Et j'en profite, vu que lui et moi formons , pour des rasions assez obscure ( un "collateral damage" de la "théorie du genre", peut-être ? ) la même personne. Ce qui, si je compte bien, et en y ajoutant mon esprit déjà cité, en fait trois, de personnes.

Quelle ménagerie...!

 

 

Pantoufles.jpg

 

 

Bref...

Je profitai donc d'une occasion pour aller voir sur le Grand Marché de l'étalage narcissique du n'importe quoi à 90 % et des tuyaux utiles à 10 %, estimation très optimiste... Et j'en épinglai l'un ou l'autre...

D'abord, une vidéo montrant l'entrée des hordes hitlériennes à Paris. J'ai mis environ trente secondes à comprendre que ça avait un rapport avec les élections françaises. Je suis pas un rapide. Et merde. Voilà qu'on va être envahis par des hordes de Français réclamant l'asile politique en Belgique...

Comme si on avait pas déjà assez à faire avec nos propres Bobos qui pleurent sur leurs éoliennes cassées...

Ensuite une vidéo montrant les pleurs de Mélenchon.

Dommage. Je l'aimais bien, moi, Mélenchon..

Avant qu'il ne donne la consigne de traiter de salopards de fascistes réactionnaires obscurantistes et nauséabonds, excusez du peu, et d'exclure en conséquence des rangs de la Vraie Gauche tous ceux qui auraient eu une objection à formuler à la mise en acte immédiate et sans discussion du moindre délire LGBT.

Et enfin, dernier mais non moindre ( "last but not least", traduction à l'égard des Bobos qui ont de plus en plus de mal à comprendre la langue nauséabonde parlée par le petit peuple ), l'éternel "silence des pantoufles", antienne moralisatrice qui dit en substance que le bruit des bottes jaillit automatiquement du silence des "pantoufles", comprenez, ceux qui-restent-dedans-au-lieu-d-aller-voter,  et puis, bon, suffit de marcher pieds nus, de toute façons,  où est le problème ?

À quoi on pourrait ajouter qu'au moins, en Ukraine, phare de l'Europe Démocratique, on sait ce qu'il faut en faire, des Pantoufles.

Cent paires de pantoufles transformées en pâtée à chats rien que dans la journée de lundi.

Les bruits de botte n'ont qu'à bien se tenir, c'est pas à Odessa qu'on les entendra....

 

31/03/2014

Amnistie Internationale et le Camarade-Président

Samedi 29 mars 

 

         Félicitations et respect fraternels à Amnistie Internationale ( Amneusti Ineternacheunal pour les intimes )..

         Et ceci pour leur très belle campagne d’affichage effectuée à l’attention du vénérable Camarade-Président de la République Populaire de Chine, dont on a malheureusement oublié le nom, on est raciste ou on ne l’est pas...

         Félicitations et respect, certes...

         Pas tant pour l’objet de cette campagne, en fait. Celle-ci est censée remplacer un certain nombre de manifestations prévues pour rappeler au Camarade-Président, lors de sa visite dans l’Eurocapital Brussels, qu’il était de son devoir de respecter les droits de l’homme tels qu’ils sont définis par leurs défenseurs, Prix Nobel de la Paix ou Philosophes médiatiques.

         Manifestations qui furent interdites car risquant d’assombrir l’ambiance de saine camaraderie propice à la signature des contrats nécessaires à la relance de notre économie.

         On ne parlait pourtant pas ici de droits sociaux, bien entendu...

Amnistie Internationale ne s’est, jusqu’ici, guère fait entendre quand il s’agit de lutter contre l’extermination de populations entières par la faim, ou contre l’adaptation forcée des travailleurs de Grèce et d’Ukraine aux standards de salaire et de conditions de travail qui leur permettront d’être concurrentiels face à leurs confères chinois, justement.

       

 

Banderolle Amnistie.jpg

 

     

         Pas tant non plus pour la forme, qui se veut ironique, et qui en fait l’est tellement que la Camarade Président croira de bon coeur que le Peuple Belge lui rend spontanément un hommage mérité, ils sont comme ça, les autocrates, même quand ils n’exigent pas que tout le monde porte la même coupe de cheveux qu’eux.

         Non.

         Félicitations et respect pour l’incroyable audace de publier une affiche rédigée en Français !

Voilà donc, qu’Amnistie Internationale, fer de lance du Combat progressiste entre tous, rejoint le camp de l’obscurantisme réactionnaire en délaissant – certes, provisoirement, selon toute vraisemblance- l’Anglais du militantisme révolutionnaire, langue universelle de l’engagement progressiste et des droits de l'Homme ( "Rights of Man" ), ceci des Femen à Greenpeace, en passant par la défense des sans-papiers et la libération de Bahar Kimiyongur ( "Bahars is free now !" , en bannière sur le site francophone d'Investig’Action, généralement mieux inspiré...).

         Et ce pour un patois local parlé par des populations indigènes, gangrenées par l’intégrisme, l’alcool et le tabagisme, dont on sait les réticences à rejoindre le combat pour une culture universelle unisexuée et unilingue !

         En définitive, c’est peut-être là la seule chose qui risque de perturber un tant soit peu le Camarade-Président lors de sa visite à Brussels-City, intimement convaincu qu’il était jusqu’ici qu’en Europe, tout le monde parlait déjà l’Anglo-Américain.

 

 

14/08/2013

Considérations Expresses sur une Non-Théorie

Donc...

La "théorie du genre" au nom de laquelle on prétend nous imposer une révolution anthropologique sans le moindre précédent dans l'histoire de l'humanité  - si l'on excepte l'homme nouveau du communisme et le surhomme du nazisme – n'est, paraît-il, pas même une théorie...

Ceci serait une invention pure et simple de ses détracteurs, homophobes intégristes et réactionnaires avinés...

Donc, ce qu'on prétend enseigner dans les écoles  ( dont celles qu'on ne peut plus nommer "maternelles", c'est mal ) au nom de la "lutte contre l'homophobie" n'est, en définitive, MÊME PAS basé sur une théorie cohérente...

Donc, l'initiation à l'homosexualité et la négation de l'altérité qu'on finira, demain, par imposer à des tout-petits dont le seul intérêt est de savoir d'où ils viennent ( le reste ils savent le découvrir tous seuls )  n'est justifié que par un corpus d'études portant sur le genre...

Alors qu'on sait depuis Freud que toute intervention dans la sexualité de l'enfance peut, de facto, être considérée comme de la pédophilie, étant donné la disproportion manifeste entre l'adulte "éducateur" et l'enfant "éduqué"

Il est vrai que, tant qu'à nier les déterminismes naturels, on en arrivera peut-être à nier l'existence de l'enfance en tant que telle.

Bref. On n'en est plus à une aberration près, de toutes façons.

Revenons au thème...

Une théorie, pour autant que je sache encore parler Français ( à propos, les gauchistes français qui crachent sur leur langue, vous savez qu'il y a, en dehors de la France, un centaine de millions de personnes qui s'expriment couramment en français ? ), c'est une explication du monde construite sur une ou plusieurs observations scientifiques, et qui les intègre dans un tout plus ou moins cohérent.

Un étude, c'est une réflexion sur un thème donné, une spéculation intellectuelle, en somme.

C'est donc sur base de spéculations intellectuelles, dépourvues de la moindre observation de terrain, qu'on se fait traiter, depuis des mois, de fascistes, d'homophobes, d'assassins, de nazis, et autres joyeusetés.

Et qu'il est devenu obscène d'affirmer que les enfants "naissent d'un homme et d'une femme".

En définitive, il y a un concept, inventé par une chercheur  assassiné en 1957 dans les geôles libérales des Etats-Unis, pour dire exactement ce qu'est la "théorie du genre".

Une peste émotionnelle.

30/08/2012

Deux Arbres...

 

 

I-10-10 008.jpg

 

Deuxx Arbres,

Deux Rouvres bruissant de feuilles et de couleurs,

Chant du vent et trilles d’oiseaux,

Ondulations des branches au rythme des courants aériens,

Merles et pies,

Chats et danses d’ombres,

Deux arbres, joie de vivre, paix du soir

Tronçonneuses,

Au seuil de l’automne,

Au seuil du flamboyement final,

Hommes-machines satisfaits de leur travail,

Deux tronçonneuses,

Trois hommes,

Une grue comme une potence,

Quatre regards satisfaits,

Petites femmes soulagées de la corvée annuelle du ramassage des feuilles mortes,

C’est sale, les feuilles mortes,

Ça fait négligé,

Un cimetière, ça doit être propre

Trois hommes, satisfaits du devoir accompli,

Et deux arbres,

Changés en poteaux,

Changés en potences,

Chassés les merles,

Inquiets les chats,

Résignés, les amoureux

Plus d’abri pour s’embrasser sous la pluie,

L’Ordre règne, à nouveau...

Combien de temps nous reste-t-il ?