06/02/2016

Orthographe ou Hors-To-Grave ?

On suppose d'abord que chacun est au courant de la dernière polémique en cours.
La question n'est pas celle de l'orthographe.
La question est que le régime hollandiste, où Mme Belkacem tient la fonction de "deconstructrice" en chef, s'attaque à absolument tout ce qui reste comme structurations culturelles et sociales, que ce doit par le chômage de masse, par la théorie du genre, ou par tout autre moyen, les exemples ne manquent pas.
Et qu'on voit se profiler, derrière cette Nième "réforme" ( ce mot, en novlangue postmoderne, signifiant démolition de quelque chose, qu'il s'agisse de droit social ou d'identité culturelle ) , la "déconstruction" de la langue, qui aboutira, en fin de compte, à son remplacement par l'anglais, langue plus "performante" sur le marché globalisé.
Il faut noter, d'ailleurs, qu'une des réformes envisagées antérieurement soit d'introduire la langue anglaise, ( à l'instar de la théorie du genre ) , dès la maternelle, si pas plus tôt. ( On peut se douter de ce qu'il faut attendre d'un régime où, de notoriété publique, certains ministres communiquent entre eux exclusivement en anglais ).
Il faudrait donc admettre que pour un enfant en bas âge l'apprentissage de l'anglais serait plus naturel que celui de l'orthographe.
À signaler aussi que ces mêmes "déconstructeurs" préconisent aussi l'apprentissage de la lecture et de l'écriture sur tablette.
Tout ceci va bien dans le même sens...
Quant à l'"hystérie collective", que certains dénoncent sur la Toile à propos des virulentes réactions à cette nouvelle agression, c'est, semble-t-il, ainsi qu'il est désormais convenu d'appeler en novlangue toute forme de résistance à la "modernisation" de l'humain.

Voir aussi ici
En Attendant

31/01/2016

Le Donald et l'indignation des élites

Depuis l'intervention du Donald ( Trump ) à propos de "Brussels", dont il vaguement entendu parler, dont il sait que c'est pour l'Europe quelque chose qui correspond à ce que Washington est pour les Etats-Unis, et, pour lui Washington ( qu'il déteste ) est de toutes façons le vrai prototype du trou à rats, dont il sait aussi qu'il s'agit d'une ville dont on a parlé récemment en rapport avec Daesh, mais qu'il est de toutes façons incapable de situer sur une carte, on assiste sur FB à un sursaut "citoyen" d'indignation qu'on peut résumer ainsi:
"Bruxelles est une ville aussi américaine que Washington ou San Diego, et on y parle autant anglais que dans n'importe quel coin des Etats-Unis."
Preuve les nombreux textes de réaction, commentaires, etc, tous rédigés en bon américain.
En somme, l'indignation vient uniquement du fait que Trump - qui, soit dit en passant, est pour l'arrêt des guerres américanistes et le retrait des troupes d'occupation partout où elles se trouvent - ne reconnaît pas la profonde américanité des "élites" européennes, que, pourtant, elles s'appliquent autant qu'elles peuvent à affirmer chaque jour davantage.

 

http://m.lalibre.be/actu/belgique/nous-avons-notre-cul-dans-une-enorme-motte-de-beurre-ici-mec-quand-notre-arno-repond-a-trump-56aa2d863570b1fc10c2f15f

 

PS : Même s'il faut avoir, comme on dit, "réussi", et donc être coopté par la soi-disant élite pour se complaire dans le cosmopolitisme bobo de ce qui fut ma ville natale, il faut quand même reconnaître qu'Arno se rappelle encore qu'on disait jadis "salut en de kost" et non "bye bye", à Bruxelles.

31/10/2015

Samain

Visite au cimetière, au début de la nuit.
Des gens circulent dans le noir, entre les tombes. On vient rendre visite.
De ça, de là, une lampe de poche. Quelques rires discrets. Et quelques pleurs aussi, plus recueillis.
Une bougie allumée, sur l'une ou l'autre tombe.
Et d'un coup les cloches de l'église toute proche.
Et, plus tard, de maison en maison, des groupes d'enfants, de jeunes, grimés parfois avec beaucoup de soin.
En quête de bonbons, de friandises.
Silencieusement.
Il y a longtemps qu'on a perdu nos belles chansons de quête.
Mais paisiblement. Avec en eux comme le reflet d'une lumière.
Cela, ce n'est pas "Halloween", "api-allowine".
Tout cela, c'est Samain.
Ou Sa Main... ?

12/09/2015

L'Arc-en-Ciel occulté du 9/11

Un truc étonnant. Doublement.
Le onze septembre, pourtant quatorzième anniversaire de 9/11, faut-il vous présenter ce chiffre désormais aussi célèbre que la 666 de la Bête elle-même, pas le moindre écho sur aucun des médias du Système, alors que d'habitude on a droit à une prodigieuse poussée de fièvre affectiviste.
Pas le moindre écho, nulle part.
En soi, ce non-événement est un événement de toute première importance.
À croire que ce moment fondateur, plus que tout autre, de notre époque, a été totalement éclipsé par ses conséquences directes, à savoir la Grande Crise Migratoire en cours.
Et pourtant, il faut insister, quatorze années, c'est deux cycles de sept ans.
Donc, deux cycles sacrés.
( Il est tout à fait légitime, du point de vue du Système, d'utiliser le terme « Sacré » en ce qui concerne les « Twin Towers », qui, d'ailleurs, sont deux...)
La seule mention qui en est faite – ici – renforce l'impression que ce non-événement, est, en quelque sorte, un « signe » - ce que les Celtes appelaient un « intersigne ».
L'apparition d'un double arc-en-ciel sur les lieux mêmes de l’événement, dès lors qu'elle est, d'une part, montée en épingle par un  média représentant, aux yeux du Système, un pouvoir diabolique, et de l'autre, répercutée en tant que Signe sur les réseaux dits sociaux, ne peut plus être considérée comme une anodine coïncidence.
N'oublions pas que, dans les cultures traditionnelles qu'on s'efforce d'éradiquer, tout  peut constituer un Signe.

10/08/2015

"Migrant", ou "Réfugié" ?

On suppose – et on espère -  que passeront sur ce blogue des humains doués de conscience et encore capables de discernement.

C’est à eux qu’on s’adresse ici, et seulement dans cette mesure où l’on espère leur faciliter la tâche de s’en-lucider, de se détacher des mots d’ordre vociférés par les innombrables bouches du Système, d’arriver à bien distinguer dans leu vie quotidienne les enjeux du combat cosmique en cours.

On vous met donc ici deux liens concernant l’actuelle dite « crise migratoire » et un commentaire concernant l’usage faussaire du terme « migrant », là où de toute évidence il faut parler de « réfugié »

 

Le premier lien réfère au site « dedefensa », site tout à fait incontournable en ce qui concerne la compréhension de la catastrophe en cours, dans tous ses aspects. Il s’agit, disons, d’une analyse de la manière dont s’insère cette « GCM «  (Grande Crise Migratoire) dans la crise globale d’effondrement du Système.

 

http://www.dedefensa.org/article-postmodernit_en_action_interventionnisme_migration_hyperd_sordre_04_08_2015.html

 

Le second lien réfère au site “Entrefilets”. Il s’agit ici d’une réflexion sur la manière dont le Système instrumentalise la souffrance des réfugiés pour renforcer son entreprise de « déconstruction « des structures culturelles et sociales encore existantes.

 

http://www.entrefilets.com/Le_Systeme-zombie_et_la_crise_migratoire.html

 

Dans cette optique, on entend ici mettre en question le terme “migrant” utilisé à tort et à travers par les médias “mainstream”.

Pourquoi parler de « migrant » quand il est question de gens fuyant des situations inimaginablement apocalyptique, comprenant une destruction complète et la plupart du temps sanguinaire de toute trace de vie sociale organisée, puisqu’il s’agit pour le moment de gens fuyant les hordes démentes installées, au nom de la démocratie et des droits de l’homme, par les gouvernements du Bloc Occidental dans son ensemble ?

Pour ceci :

L’image du « migrant » est un des clichés hollywoodiens les plus romantiques mis en place par le système, district communication..

On imagine le migrant, accablé par la misère et la fatalité ( dont le « corporate power » occidental ne peut en aucun cas, bien entendu, être tenu pour responsable ), partant, le cœur lourd, tenter sa chance dans le Paradis Occidental. Et réussir, bien entendu, car « Qui veut peut »

On peut ajouter à cela, en toute perfidie, que pour nos élites progressistes, le « migrant » tient encore quelque peu le rôle du « bon sauvage », chargé de régénérer la populace décidément trop réfractaire au progrès bien compris.

Et, enfin, le fait de qualifier les « migrants » du nom qui les définirait au mieux, « réfugiés », obligerait à se remettre en mémoire très souvent la réalité qu’ils fuient, à savoir les guerres et la terreur instaurées en Syrie, en Libye, en Irak, en Afghanistan et encore ailleurs, an nom ; comme toujours, des « droits de l’homme ».

Chose évidemment intolérable.

 

06/08/2015

Nouvelles de la Haute Mer, présentation et contenu.

On en arrive à ce point où toute tentative de se faire entendre semble, a priori, vouée à l'échec si l'on n'a pas déjà le pied dans la fonction médiatique du Système.

Et c'est prévu.

Tout est prévu.

Sauf, peut-être, le décrochage généralisé.

Et si on le prenait réellement, le vent du large ?

 

Larguer toutes les allégeances.

Larguer toute appartenance à quelle tendance que ce soit.

Et prendre le vent.

Le vent de ceux qui vivent.

Qui font, vaille que vaille, face au combat quotidien.

Qui savent qu'aucune vie n'est exempte de souffrance.

Mais qu'accepter cela est aussi le gage des joies futures.

Notre seule force, désormais, est notre regard.

Le regard d'hommes et de femmes, qui, à un moment, ont capté une lumière vivante...

Et savent que danse en eux cette lumière qui aspire à revivre...

 

 

Contenu du blogue, par catégories :

 

Accueil           

http://micheldonceel.skynetblogs.be/accueil/

 

Indications utiles sur le contenu, le but, s’il en est, la structure, nécessairement changeante parce que vivante, une boussole, en somme.

 

Aquarelles, Dessins                   

http://micheldonceel.skynetblogs.be/aquarelles/

 

Aquarelles, dessins, artefacts du genre, scannés ou photographiés

 

Chronique d'Hiver

http://micheldonceel.skynetblogs.be/chronique-d-hiver/

 

Texte en plusieurs parties, récit d’une soirée de dérive dans une ville qui ne s’appelait pas encore « Brussels »

 

Chroniques Décalées

http://micheldonceel.skynetblogs.be/chroniques-decalees/

 

Là, franchement, je ne vois pas. L’insu de mon plein gré, peut-être ?

 

Commentaires

http://micheldonceel.skynetblogs.be/commentaires/

 

Commentaires sur le vif, sur les scories diverses que crache le Monstre par ses organes dits de communication.

 

Coups de Gueule

http://micheldonceel.skynetblogs.be/coups-de-gueule/

 

Voir « commentaires », mais en plus virulent, et possiblement sans référence immédiate à l’obligation d’actualité.

 

Francophonie

http://micheldonceel.skynetblogs.be/francophonie/

 

Puisqu’on parle cette noble et belle langue qu’on dit française, mais qu’on ferait mieux, à tout prendre, de dire gauloise. Et du point de vue, d’ailleurs, de toute langue menacée par le rouleau compresseur de la Conformité anglo-saxonne.

 

Imranna

http://micheldonceel.skynetblogs.be/imranna/

 

Un témoignage lointain du délire des années septante…

 

Le Système

http://micheldonceel.skynetblogs.be/le-systeme

 

Sur les péripéties du Monstre très dangereux mais heureusement très con qui menace en permanence nos existences, dans tous les aspects de celles-ci.

 

Manuscrits

http://micheldonceel.skynetblogs.be/manuscrits/

 

Trucs divers, écrits à la main, poèmes et aille-coups de modes divers

 

Moa-Jeu

http://micheldonceel.skynetblogs.be/moa-jeu/

 

Une tentative déjà ancienne de créer un récit de fiction basé quelque peu sur des points saillants de l’actualité. On pourrait nommer ça « dialogues autour d’une table bancale ».

À lire dans l’ordre des dates de parution, donc en commençant par le plus ancien.

 

Photos

http://micheldonceel.skynetblogs.be/photos/

 

Ces photos n’ont rien de différent des autres. Tentatives d’approcher la beauté du monde.

 

Rencontre

http://micheldonceel.skynetblogs.be/photos/

 

On attend les suggestions.

 

Tranches de vie

http://micheldonceel.skynetblogs.be/tranches-de-vie/

 

Comme le nom l’indique. Récits croissant spontanément sur le terreau du quotidien.

04/08/2015

Activisme et Réfugiés

On ne peut que se réjouir de ce que les activistes pensent à assurer aux réfugiés des guerres humanitaires, déclenchées par les dirigeants que nous avons élus, ce qui constitue l’essentiel de la vie moderne.

Regrettons toutefois l’oubli d’une télévision.

Comment feront-il pour se tenir au courant des dernières publicités, et pouvoir rêver ainsi au bonheur qui sera le leur dans le paradis anglo-saxon ?

 

http://francais.rt.com/france/5233-calais--musique-connexion-internet

 

 

06/06/2015

Une nouvelle Bataille mondiale du français est engagée !

On publie ici un appel à tous ceux qui ont encore la force de résister réellement, et non dans leurs fantasmes, au rouleau compresseur de l'uniformisation robotique que nous impose l'oligarchie anglo-saxonne, nouvelle variante du pangermanisme de jadis.

**************************************************************

Les Nations française, québécoise, wallonne, subissent une "Grande démolition".

L’Empire est à l’œuvre contre toutes les communautés francophones dans le monde. Le traité transatlantique de libre échange ( "TAFTA" ) est aussi un instrument de son hégémonie, notamment culturelle pour la "conquête des esprits" (Y. Eudes).

Il ne serait toutefois pas aussi efficace dans la destruction s’il ne s’appuyait dans nos pays sur d’imposantes cohortes de collaborateurs de tous horizons, formatés par des décennies d’une remarquable propagande.

Pourtant, un constat s’impose : la demande d’apprentissage du français persiste dans les pays développés et en dehors de nos anciennes colonies. Celles-ci, indépendantes depuis des décennies, ont gardé le français, et le développent pour beaucoup. Il progresse en fait et a même un fort potentiel de croissance, surtout en Afrique, à condition que tous les États concernés, la France en premier lieu, tiennent à le maintenir et renforcer.

C’est bien ce que nos ennemis extérieurs et intérieurs veulent à tout prix éviter

Or, dans nos domaines, les "élites" censées conduire nos peuples du Nord sont – derrière des déclarations roboratives - coupables de trois principaux abandons : du français ; du réseau français encore magnifique d’action culturelle au-dehors ; et de la Francophonie organisée-OIF, qui a pourtant son siège à Paris.

À l’école, l’enseignement du français décline dans ses programmes, ses contenus de moins en moins grammaticaux et littéraires, et ses horaires. S’y ajoutent, contre l’excellence : l’effacement de fait du latin essentiel à la maîtrise du français et à la formation de l’esprit, et du grec ; la très sensible réduction des langues modernes autres que l’anglais, ainsi qu’un enseignement des langues d’origine aux enfants d’immigrés qui, mal conçu et ghettoïsant, leur est donné au détriment du français langue de l’intégration sociale.

En France, les langues régionales – riche patrimoine qu’il faut maintenir par une défense sérieuse liée à la langue nationale et officielle – sont hélas instrumentalisées par des potentats qui veulent ressusciter les féodalités, avec l’appui d’institutions de l’UE, de l’Allemagne et de l’Autriche qui misent sur l’ "Europe des régions" pour, hors-Germanie, démanteler les États-nations, leur parangon France au premier chef.

Au Canada français, en Romandie, en Wallonie et à Bruxelles comme en France, la "déconstruction" de la langue française est menée par divers milieux formatés. Ils veulent la remplacer jusque dans l’usage quotidien par l’allemand là et le flamand çà dans les trois premiers, et – "croquant l’un et l’autre" - par l’anglais partout.

Dans tous ces pays, les gouvernements eux-mêmes s’en font les complices, sinon les moteurs.

L’article "atteintes des pouvoirs publics au français de 2007 à 2015" publié ici l’illustre.

Parmi leurs coups de boutoir, rappelons l’art.2 de la loi Fioraso pour tendre à enseigner en anglais dans le supérieur (cf. le dossier) ; citons le colloque uniquement en anglais sur les "jeunes pousses", organisé en mai dernier par Mme Anne Hidalgo en son Hôtel de Ville (voir ci-dessous). La "trahison des clercs" est chez nous de plus en plus décomplexée, ouverte, implacable, ricanante de mépris envers nos associations et le peuple.

"Déconstruction" aussi de la Francophonie : les États-Uniens ont remplacé la France et chassé le français dans l’ancienne Indochine puis au Ruanda, et cherchent à détacher le Maroc, le Sénégal, après avoir tenté leur chance en Côte d’Ivoire en 2003-2004 (floraison de drapeaux fournis par le consulat états-unien lors des manifestations contre notre opération Licorne). Nos Français s’y prêtent en négligeant, malgré de beaux discours, la Francophonie mondiale et l’OIF en diminuant les crédits publics, et en montrant leur incapacité de soutenir en Afrique un digne successeur de M. Diouf lors du Sommet de 2014 à Dakar…

 

Mardi-Gras Mamou.jpg

 

C’est, goût de la médiocrité aidant, une guerre - Claude Hagège l’a dit – faite aux Français et aux autres francophones, une attaque contre leurs racines, la pensée, et l’excellence.

Elle justifie l’appel à une nouvelle Résistance. Pour leur part, nos 32 associations en synergie la mènent sous deux formes : l’appel au droit et l’appel au peuple.

L’appel au droit se traduit surtout par nos recours devant les juridictions administratives contre les offres "Fioraso" de formations diplômantes exclusivement en anglais (cf. dossier).

L’appel au peuple se traduit par notre campagne "Communes pour la langue française", menée en France avec un succès croissant, pour aboutir à l’équivalent d’un referendum d’initiative populaire, à présenter pour 2017. Nos associations partenaires dans le Jura suisse, au Québec, et en Wallonie, l’étendent chez elles avec les adaptations nécessaires.

Lecteurs qui sentez l’urgence d’une résistance organisée, rejoignez-nous, amenez vos amis à adhérer et militer ! Nous devons lever des légions. Nous invitons les dynamiques parmi vous capables de responsabilités dans ALF à être candidats au Conseil d’administration.

 

 

Albert Salon

 

( Publié ici : http://www.avenir-langue-francaise.fr/articles.php?pg=1621 

Photo: Le Mardi-Gras de Grand-Mamou, en pays cadjin.

 

21/05/2015

Triste gâteau

1- La dépêche, telle que parue dans "L'essentiel" ( feuille gratuite des gares en Luxembourg – www. lessentiel .lu ) du mercredi 20 mai 2015.

 

"Un boulangerie d'Irlande du Nord, tenue par une famille catholique qui avait refusé de confectionnerun gâteau appelant à soutenir le mariage gay, a été reconnue coupable  hier de discrimination. La COMMISSION DE L'ÉGALITÉ, un organisme public avait intenté une action en justice au nom de [XX], membre du groupe de défense du droits droits des homosexuels [XX], qui n'avait pu obtenir son gâteau.

"Les prévenus ont illégalement discriminé le plaignant sur des critères sexuels", a conclu la juge [XX], du tribunal du comté de Belfast. La famille [XX], propriétaire ( de la boulangerie ), avait mis en avant ses croyances personnelles pour annuler la commande effectuée en juin 2014."

 

2. Commentaires  ( Tant qu'il est permis d'en faire ) sur les passages soulignés.

1)- "refusé de confectionner": Donc, la liberté qu'en principe chacun de nous possède, d'accepter ou de refuser tel ou tel type de travail. Dans d'autres cas, il pourrait s'agir du refus d'utiliser tel ou tel pesticide dans son jardin, ou d'appeler à boycotter tel ou tel produit parce qu'il contient, disons, des OGM.

2)- "appelant à soutenir": on apprend ici qu'il ne s'agit donc pas d'un acte de personne privée à personne privée, mais bien d'une personne privée demandant à une autre de prendre position, par son travail, pour une certaine CAUSE ( dans le sens des grandes causes nationales, etc...) .

3)- La personne privée, en l'occurrence le boulanger ou la boulangère, ayant refusé de manifester son soutien, ( on peut ajouter ici qu'accepter contre son gré aurait sans doute été, pour cet artisan, accepter de se laisser corrompre) se voit mis en accusation devant la justice.

4)- reconnu coupable suite à une action en justice intentée par un organisme public. C'est à dire, une administration d'État, en fonction d'un corpus de lois qui, désormais, visent l'expression de SENTIMENTS. On pourrait sans problème parler de lois affectivistes, car il y a gros à parier que la ci-devant "commission de l'égalité" n'a à connaître ni de conditions de travail, ni d'inégalités salariales, ni de conditions de logement, ni de droit aux vacances.

5 )-"discriminé le plaignant sur des critères sexuels" : On notera au passage le caractère mensonger d'une telle allégation, émanant pourtant d'une magistrate, dont on peut dès lors douter de l'objectivité ; il n'existe en effet AUCUN critère ( visible ) permettant de "discriminer" une personne en fonction de ses pratiques sexuelles, à moins que cette dernière n'affirme clairement, de but en blanc, quelles sont ces pratiques: mais dès ce moment, il ne s'agit plus, dans tous les cas, d'un "critère sexuel" ( de toutes façons inexistant ), mais bien d'une prise de position A PRIORI.

 

On peut donc, au vu de tout cela, reprendre sans état d'âme une des phrases fétiches de la Gauche-Bobo : tout cela nous ramène bel et bien aux "heures les plus sombres de notre histoire".

 

 

14/05/2015

Banquise

C'est une question qu'on a envie de poser, depuis un certain temps, aux scientifiques de tout poil et de toute obédience. Plus particulièrement à ceux qui sont concernés par le grand bouleversement climatique en cours. 

Bouleversement que l'on qualifie par ailleurs de Réchauffement, même si, pour quiconque est encore capable à la fois d'ouvrir les yeux et de vibrer au rythme de la Terre, il s'agit de bien plus que cela.

Mais tenons-nous en, ici, strictement à ce qui concerne le réchauffement, tout à fait indiscutable, et ses potentielles conséquences sur le niveau de la mer.

On nous annonce, dans le pire des cas, une hausse de un à deux mètre du dit niveau, et ce pour la fin du siècle, au plus tôt.

Bon.

Mais, si se passait autrement ?

Qui a déjà dégivré un congélateur a pu observer ce phénomène. D'abord la glace, sorte de banquise en miniature, fond. Elle entre en fusion d'abord sur les faces extérieures, ensuite sur les faces intérieures. Et elle fond de plus en plus vite. Et, à moment donné, il suffit de donner un léger coup pour que l'ensemble de cette banquise s'effondre d'un coup.

Ne pourrait-il pas se passer la même chose pour les banquises planétaires ? Celle du Groenland, par exemple, qui est déjà largement en état de fusion. 

Que se passerait-il, par exemple, en cas de tremblement de terre ? Ne glisserait-elle pas d'un bloc dans l'Océan ?

Selon certaines théories, le Déluge dont il est fait mention dans mal de traditions aurait été provoqué par l'effondrement, brutal et rapide, de la calotte glaciaire scandinave. 

Dès lors, la question que je pose est la suivante : qu'arriverait-il si, d'un seul coup et dans un futur tout à fait imprévisible, que le prudence incite donc à considérer comme proche, le niveau de la mer venait à s'élever de cinq à six mètres ?

Et, sous question : la sagesse ne conseillerait-elle pas de prendre très au sérieux cette hypothèse ?

Merci  à quiconque peut faire parvenir cette interrogation à l'un de ces quelconques esprits éclairés, dont la fonction semble être d'inquiéter le moins possible les consommateurs que nous sommes tous sensés être...