10/04/2014

La NASA et la Vie sur Mars.

En quelques semaines, on a vu, sur la planète Mars, deux trucs bizarres.

Le premier de ces trucs, c'est une espèce de champignon, ( un sporophore , selon Rhawn Joseph, astrobiologiste ), apparu de manière tout à fait impromptue entre deux tournées de photos...

Le deuxième, c'est une lumière apparue sur une crête et longuement filmée par la caméra du robot.

En soi, ce ne sont que deux des phénomènes très particuliers qu'on signale, de ci de là, sur cette planète.

Mais bon.

Ceci n'est pas le but de ce petit billet rapide.

Ce qu'on peut trouver d'encore plus remarquable que ces manifestations probables du vivant, c'est les merveilles d'ingéniosité déployées par la NASA pour prouver qu'il ne s'agit pas de ça, oh que non, rien ne vit ailleurs que sur Terre, et encore, est-on réellement sûr que la Vie existe quelque part ?

Dans le premier cas, il s'agit, non pas d'un champignon, mais d'une pierre particulière projetée par un déplacement du Rover . Remarquable robot, capable de projeter, au bon endroit, entre deux rotations, des pierres dont la composition chimique est tout à fait étonnante, et qui, en plus, touchent le sol sans laisser dans la poussière la moindre marque d'impact...

Et tout cela au bon moment...

Dans le deuxième cas, il s'agit simplement d'un reflet du soleil, soit sur l'objectif de la caméra, soit sur un caillou.

Mais, en soi, le comportement de ce reflet, qui ne se reflète que sur UN SEUL caillou ou en UN SEUL point de la caméra n'est-il pas déjà exceptionnel ?

On voit bien, ici encore, que des gens "drillés" pendant des années à se couper de toute "subjectivité", ce qui veut dire en fait, à ne plus écouter les sensations de leur corps, à se couper de leur perception immédiate du Vivant, son tout à fait incapables de concevoir le caractère spontané, imprévisible, de la Vie.

Et que donc, encore une fois, même si un lutin martien venait faire des acrobaties sou l'œil des caméras, ils y trouveraient rapidement une explication "scientifique", c'est-à-dire morte.

 

08/08/2012

"Curiosity" et les Hommes-Machines

Existe-t-il une vie intelligente sur terre ?

Ça se saurait, non ?

Peut-être les Dauphins...tant qu’il en reste.

Et quelques rares Humains marginalisés par les hommes-machines..

Des Hommes-Machines qui envoient des sondes sur l’autre monde vivant de notre banlieue cosmique en affirmant qu’ils cherchent la vie...

Faux.

Ils essaient seulement de prouver que la vie n’existe pas.

Ni sur Mars.

Ni ailleurs.

Qu’il n’y a aucune différence entre la matière morte et la matière vivante.

Que la vie c’est rien qu’une affaire de réactions électrochimiques prévisibles  et donc contrôlables, réactions électrochimiques produisant des déchets...

Que la vie est calibrable, et formatable.

Pourtant...

Il y a des étangs sur Mars.

De grands Arbres.

Des lichens qui formant une croûte sur la surface, comme une peau vivante.

De grands animaux, peut-être des baleines des sables, au métabolisme très lent.

 

 

I-arbres mars.jpg

 

 

Mais on envoie une sonde dans un lieu où l’on est ûr de ne rien trouver.

Comme si, par exemple, des extra-terrestres envoyaient, après mûre réflexion, une sonde dans le désert de Gobi.

Voyez ce qu’en dit « Le Point »...

Qui est un journal sérieux. Comme on aimerait bien être quand on sera grands.

Il dit :

« Curiosity doit, au cours de sa mission de deux ans, vérifier si la Planète rouge n'abrite pas des traces de constituants de la vie autres que l'eau recherchée lors des précédentes missions »

Ce qui permet de comprendre :

Petit a que la vie est composée de constituants...

Petit b, que le but de la mission en cours est bien de vérifier qu’il n’y a pas de traces de ces dits constituants.

Non, rassurez-vous, braves gens. On ne trouvera rien. Et même si une belette martienne venait faire des grimaces devant la caméra de Curiosity, soyez assurés que l’on trouverait à ce phénomène une explication plausible, rationnelle ..

Adulte, pour dire vrai,

Du style :
« C’est rien qu’un ensemble aléatoire de poussières qu’un mouvement atmosphérique provoqué par un gradient différentiel de température a déposé sur la glace de l’objectif »

Amen.